* « Égalité des sexes, égalité des sexes » entend-on crier les nanas dans les manifestations. Et je suis parfaitement d’accord avec elle. Y’a pas de raison pour que des mecs en ai de grandes et d’autres des toutes petites.  L’égalité, c’est une même longueur pour tout le monde. Même pour les Sénégalais !
L’égalité absolue : même longueur, même diamètre. C’est mathématique !

* Regardez ces nanas qui manifestent : je suis sûr qu’elles ont toutes les mecs qui en ont des petites. Alors elles ont raison de clamer : « Égalité des sexes, égalité des sexes ! »

* Maintenant regardez Macron qui doit en avoir une petite qui n’a même jamais donné de fruit mais regardez maintenant François Hollande : une vraie bombe malgré ses p’tites lunettes et ses bajoues.
Pas étonnant que la Ségolène n’ait jamais voulu "cracher le morceau". Vous l’avez tous vu avec son super casque, et bien, c’était pas parce qu’il voulait passer incognito, c’est parce qu’il n’avait pas eu le temps de l’enlever !

* Même longueur, même longueur, c’est facile à dire ; légiférer, c’est bien beau, mais sur quelques critères, chères mesdames ? Je vois d’ici les députés en train de couper les cheveux en quatre (si j’ose dire) et que dire de nos vieux barbons de sénateurs ? Quant à l’Europe, elle n’est pas prête de se mettre d’accord.
De toute façon, les Français s’en foutent, ils vont s’empresser de placer le nouvel "étalon-sexe" à Sèvres, à côté du mètre-étalon ; l’étalon-sexe" étant bien sûr une partie dûment formatée du mètre étalon. !

* Remarquez bien, la question n’est pas récente ou en d’autres termes, le problème est récurrent. Si, si. Prenez les Bourbons, dynastie française s’il en est. Henri IV pestant et suant, sautait sur tout ce qui passait. Pas étonnant qu’on le surnommât "le vert galant". Par contre, on se demanda longtemps si son fils Louis XIII n’était pas quelque peu à voile et à vapeur. Il a mis pas mal de temps à donner un successeur au trône. Contrat finalement rempli avec le ventre bienveillant d’Anne d’Autriche qui paraît-il fauta plus tard avec Mazarin.

Ce fils tant attendu, Louis-Bienvenu le quatorzième, eut une vie amoureuse longue et féconde, ayant battu le record de son aïeul du plus grand nombre de bâtards. Itou pour son successeur Louis XV, plus intéressé par la Pompadour et les galipettes du Parc aux cerfs qu’au désastre de la guerre de sept ans. Quant à son successeur, le débonnaire Louis XVI, il préférait que forcer la serrure de Marie-Antoinette. En tout cas, ce n’est pas elle qui lui a fait perdre la tête !

 

<< Ch. Broussas - Égalité des sexes - 24 novembre 2018 © cjb © • >>