Rimbaud à 17 ans              Rimbaud à 37 ans

                 Oh non, on n’est pas vraiment sérieux
                 Même quand on devient plus vieux,
                 En tout cas, pas plus qu’à dix-sept ans  
                 Que l’on ait ou non toutes ses dents,
                 Eh oui, c’est ainsi  mon cher Rimbaud,
                 Toi qui jadis, dit-on, fus si beau,
                 Lorsque la nuit tu faisais la bringue,  
                 Que tu mettais tes plus belles fringues,
                 Qu’alors Verlaine jouait du flingue,
                 T’avais vraiment une vie de dingue !

                 Tout ça, diras-tu, n’est pas sérieux,
                 Malgré qu’on fasse ce que l’on peut,
                 Avec ces années, il faut biaiser
                 En essayant de se faufiler
                 Sur le boulevard du temps qui passe,
                 Anonyme, sans laisser de traces,
                 Hanter les chemins creux de l’Harar,
                 En goûtant les plaisirs les plus rares,  
                 Jouer encore un peu les fêtards
                 Tant qu’il n’est pas encore trop tard.

                 Toi qui as tricoté tant de poésies,
                 Qui est parti voyager jusqu’en Asie,
                 Étais-tu plus sérieux à dix-sept ans,  
                 À naviguer ainsi sur ton bateau ivre,
                 Toi qui étais "l’homme aux semelles de vent",
                 Curieux de tout, pris par la fureur de vivre,
                 Étais-tu plus sérieux à trente sept ans
                 Si loin alors de tes illusions d’antan,
                 Revenu de tes formidables errances
                 Que tu voyais comme une nouvelle chance
                
Quand tu sillonnais Aden ou l’Éthiopie
                 En poursuivant alors d’autres utopies.

                 Dans la « nuit de juin… on se laisse griser, »
                
Jour gris d’octobre, on se laisse bercer
                 Par les beaux « tilleuls verts de la promenade »
                 Où on va jouer avec des camarades.
                 La douceur n’est pas ton fort et tu préfères
                 Les délires d’une saison en enfer
                 Qui te poursuivent et te poursuivront encore
                 Toi qui es enfin parvenu à ton port.
                 Ô, écrivais-tu, innocence, innocence, 
                 Cette vertu perdue depuis la naissance…

                 Alors, même au-delà de tes déraisons,
                 Pourquoi être sérieux en toute saison
                 Quand ces superbes tilleuls verts de l’été
                 Ne seront plus jamais ce qu’ils ont été.

 

<< Christian Broussas - Rimbaud - 19/01/2018 • © cjb © >>