« Il n'y a pas d'amour de vivre sans désespoir de vivre. »
Albert Camus - L'endroit et l'envers       
                    

                             Il y a des jours comme ça
                           Qui résonnent jusqu’aux cieux
                           Des jours vraiment bénis des dieux,
                           Si merveilleux qu’on n’y croit pas.

                            Simplement des jours comme ça,
                           Douce quiétude sans tracas
                           Qui finalement, quoi qu’on fasse,
                           Nous mène à cet état de grâce  
                           Où rien ne paraît impossible,
                           Où l’on se sent presque invincible.

                           Ô, seigneur, qu’il en soit ainsi
                           Toujours, tout au long de la vie.
                           À partir d’aujourd’hui, chaque matin,
                           N’en déplaise aux esprits chagrins,
                           Chaque instant sera une fête.
                           Se mortifier serait bien bête
                           Pour se priver tant et encore
                           De quelques bulles de bonheur.

                            Ô, faudrait-il au plus intime
                           Qu’il y ait toujours des victimes
                           Qu’il y ait toujours des bourreaux
                           Pour maquiller le vrai en faux ?
                           Ô, suave paix intérieure
                           Propre à conjurer toute peur,
                           Il faut bien que tu nous entraînes
                           Sans ressentiment et sans haine
                           Ici, jusqu’au bout de la nuit,
                           Là-bas, jusqu’au bout de la vie.

                               

<<  Christian Broussas –Poème à vivre- 18/08/2017 • © cjb © • >>