Oui, la vie est rebelle… belle… belle… belle…

                        Il faut la prendre comme telle… telle… telle …

                               Quand un matin elle est partie
                               Sans avertir, si loin de moi,
                               Je n’ai bien sûr rien compris,
                               Figé dans un trop-plein d’émois.

                               C'est alors que je partis pour
                               À mon tour aller faire un tour,
                               Petit tour du monde... monde… monde
                               Une grande ronde… ronde… ronde.

                               Puis un jour, je suis revenu,
                               Car il faut bien revenir,
                               Malgré les peines et les soupirs,
                               Pour déambuler dans ma rue
                               Tout étonné, le cœur à nu,
                               Mais, mais… je n’ai rien reconnu.
                               Les places, les rues, les avenues… nues… nues,

                               Tout me paraissait inconnu... nu... nu.

                               Rejetant loin tous les systèmes
                               Pour mieux rejoindre ceux qui aiment,

                               Le cœur bouillant d’espoir, de rêves,
                               En tous sens m’agitant sans trêve,
                               Je croyais que c’était ma voie
                               Qui s’ouvrait alors devant moi.
                               La jeunesse est si intrépide… pide… pide,
                               Qui, ses beaux rêves, dilapide... pide… pide.

                               Quand enfin je me suis retourné
                               Que d’eau sous les ponts avait coulé,
                               Tous ces rêves si vite envolés
                               - N’est-ce pas toujours leur triste lot ?-
                               Comme dissipés, tombés à l’eau,
                               Autant de souvenirs éventés.
                               Cette vie qui est de celles… celles… celles…
                               Qui toujours nous ensorcellent… cellent… cellent…

                               Où sont les combats qui nous portaient,
                               Ceux qui alors nous enthousiasmaient,
                               Pris dans la trame de nos envies,
                               Lorsque point le mitan de la vie ?
                               Ah, la vie n’est pas toujours fidèle… dèle… dèle

                               Qui quelquefois nous coupe les ailes… ailes… ailes.

                               Oh, que cela me sembla si lointain
                               Quand se profila l’heure de la fin
                               D’un voyage qui me parut si court,
                               Jeu du hasard jouant son dernier tour.

                               Mais oui, la vie est quand même belle… belle… belle…
                               De celle qui nous donne des ailes… ailes… ailes.

                              -----------------------------------------------------------
                             << Ch. Broussas • © CJB  ° • 18/07/ 2017  >>
                              -----------------------------------------------------------