LE GRAND BRÛLE Commémoration

                   

            De Verjon jusqu’à Pressiat,
            Du Poisoux jusqu’à Cuisiat,
            Que de noms gravés dans la pierre
            Rappelant l’horreur de la guerre.

            Autant de noms qui ne parlent guère
            Liés d’abord à un temps de misère,
            Autant de noms  résonnant encore
            En contrepoint au creux des cœurs.

            Des noms nimbés en lettres de feu,
            Comme un rappel d’un temps douloureux,
            Mois souillé,  rougi d’une saison
            Traversée par les destructions,
            De folles  années de déraison
            Consumant ici tant de maisons.

            Ce fut là dans la douceur matinale
            D’une si belle journée estivale
            Que loin semblait-il du fracas des armes,
            Implacablement, se noua le drame
            Qui frappa un sombre jour de juillet,
            Tombant sans pitié comme un couperet.  

            Aujourd’hui, dominant un flanc de la colline
            Dans la douce lumière aux teintes opalines,  
            Planté fièrement  en multiples entrelacs
            En Chevalet, entre Roissiat et Chevignat,
            S’inscrit dans le ciel cet ultime témoignage  
            D’une sauvagerie venue du fond des âges.

            Aujourd’hui, et pour longtemps encore, surgissent,
            Comme autant de  colonnes émergeant des abysses,
            Les masses épurées de ces blocs de pierre
            Offertes dans ce décor comme une prière
            Dans le silence et la sérénité du lieu,
            Une histoire écrite ici en lettres de feu,
            Symbole igné de bâtiments qui s’écroulent,
            Symbole enfin de l’autodafé du Grand Brûle.

            Aujourd’hui, au long du chemin  du Chevalet,
            Quand on est parvenu à la fin du trajet,
            On ne ressent nul ressentiment, nulle haine,
            Même si les cœurs sont encore gros de peine,
            Lorsque les visages deviennent plus sévères
            En se remémorant les malheurs de naguère,
            Venant communier dans ce rappel de l’Histoire
            Pour mieux accomplir le travail de mémoire.

<< Ch. Broussas • Carnon • Mauguio ° © CJB  ° • 28/02 2017  >>