Mon dieu, comme il se fait tard ce soir.
           Tous, si gentils, sont venus me voir,
           Grands et petits, tous ces êtres aimés
           Avec leurs sourires désolés.


          Tout est en ordre désormais,
          Je peux enfin partir en paix.
          Chaque chose bien à sa place,
          Bien rangée dans son espace.

          Il faut être très précis
          Pour qu’ils n’aient aucun souci.
          Je m’endors déjà, serein,
          Vraiment, ce soir, je suis bien.

          Une chambre simple, un lit douillet,
          Le poste de télévision, muet,
          Me projette des images insensées

          Jusque dans les limbes de mes pensées.
          Sur la table un simple bouquet de roses

          Exhale ses odeurs ; je me repose.

          Le sommeil vient, doucement me guette
          Comme une petite mort discrète,

          Les images une fois disparues, 
          Je pars pour un voyage inconnu,
          Je n'entends que le bruit de mon cœur,
          Trop faible pour conjurer mes peurs.
          Il doit se faire bien tard ce soir
          Et ainsi, je suis bien dans le noir.

          Il faut bien une fin à l’histoire,
          Qu’enfin on rejoigne le terroir,
          Oui, il se fait vraiment tard ce soir,
          Quand s’estompe le dernier espoir ;
          Morphée, emporte-moi dans tes bras,
          Maintenant, advienne que pourra.

 

<< Ch. Broussas • Il se fait tard • Feyzin ° © CJB  ° • 14/01/2017  >>