Pour celui qui est parti
Lettre à un enfant

LumièresA toi, désemparé, qui as perdu un être si cher,
Rappelle-toi seulement vos plus beaux souvenirs,
Rejette les maux de la tristesse et des chimères,
Ressens sa présence pour les temps à venir.

Il a entamé un autre parcours, nouveau prélude
Qui est pour toi le signe d'une présence discrète,
Offre lui ainsi ces mots comme une intime fête
Qui sont gage de sérénité et de quiétude.

Maintenant, il est devenu comme un ange,
Un ange gardien bienveillant qui peut guider tes pas,
Invisible mais ô combien présent dans tes songes,
Que tu pourras toujours consulter et écouter tout bas.

            Orchidées

Il est là quelque part, inaccessible à nos pauvres sens,
Protégeant tous ceux qu'il aime de son aile immense,
Attentif à toujours manifester ici ou là sa présence,
malgré le manque qui persiste, le poids de l'absence.

Tends bien l'oreille, écoute bien cet ultime message
D'espoir qu'il t'envoie, ces mots qui viennent d'un sage,
Reçois son mystère, démêles-en bien les signes,
Prends-en toute la mesure pour en être vraiment digne.

Contemple bien ce symbole de joie qui frissonne en s'élevant
Lentement jusqu'au zénith, qui a tant à t’offrir,
Cette petite flamme si fragile qui t'entraîne tendrement
Sur le chemin de la vie pour toujours te voir sourire.

       

<< Ch. Broussas • Le grand départ • Feyzin ° © CJB  ° • 30/12/2016  >>