< < < < < < Lire Schmitt en écoutant Mozart > > > > > >

Référence : Éric Emmanuel Schmitt, "Ma vie avec Mozart", éditions Albin Michel, 160 pages, 2005 [1]

Ma vie avec MozartOuvrage original d'abord parce que l'auteur Éric-Emmanuel Schmitt dialogue avec Mozart, chacun avec sa "partition". L'auteur avec sa plume, envoie des lettres à Mozart qui lui répond avec sa musique, ensuite pour que ce dialogue existe vraiment, le livre est livré avec les morceaux musicaux qui représentent autant de réponses aux lettres de l'auteur.
On peut donc écouter la musique tout en lisant le texte. [2]

Et l'auteur nous en fait la confidence : « Un jour, il m’a envoyé une musique. Elle a changé ma vie. Depuis, je lui écris souvent. Quand ça lui "chante", il me répond, lors d’un concert, dans un aéroport, au coin d’une rue, toujours surprenant, toujours fulgurant. Il est devenu mon maître de sagesse, m’enseignant des choses si rares, l’émerveillement, la douceur, la sérénité, la joie. » 

Au début, il n'est qu'un adolescent qui se cherche et assiste à une répétition des "Noces de Figaro". Par la voix de la comtesse Almaviva, Mozart lui sauve la vie. On ne quitte pas un monde si plein de richesses et de beauté. Alors Éric-Emmanuel Schmitt et Mozart se retrouveront au hasard de la vie et Mozart répondra toujours par le même truchement, à l'aide de 16 morceaux ou extraits de ses œuvres. [3]

Schmitt Beethoven

Les expériences que traverse l'auteur, il va les faire avec la musique de Mozart qui lui permit de « consentir au tragique de l’existence ». Successivement, ce seront le « pur chagrin » de Barberine qui lui permettra de comprendre l'intérêt « du plaisant, de l’accessible, de l’aimable » en musique, l’Ave verum corpus entonné par une chorale de vieillards lui fera connaître la vraie générosité de Noël, l’Adagio du Concerto pour clarinette l'aidera à se réconcilier avec le monde et enfin le violon le ramènera à la présence de l'être aimé.

Un jour, le hasard veut qu'on confie à Éric-Emmanuel Schmitt une transposition en français des Noces de Figaro. [4] Il noue dès lors des liens quotidiens avec Mozart, à travers sa relation épistolaire avec lui, il aborde des thèmes comme l'intérêt de l’expression musicale, le processus de création comme phénomène de continuité plutôt que de rupture,la notion de bonheur...

Cette musique mozartienne qui a changé sa vie, on la retrouve dans La Flûte enchantée qui raconte son histoire. « En écoutant La flûte enchantée, nous confie l'auteur, j'ai retrouvé l'air de mon enfance. »

Notes et références
[1]
Dans la même veine, Schmitt a écrit "Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent" puis une suite intitulée "Kiki van Beethoven" en 2010.
[2] Ma vie avec Mozart
a fait l'objet d'une adaptation musicale sur une mise en scène de Christophe Lidon avec Didier Sandre au Théâtre Montparnasse en 2006 puis  en tournée en 2010-2012 avec Éric-Emmanuel Schmitt, Juliette Alluguette et l'orchestre symphonique de Lyon.
[3] Schmitt a aussi créé deux autres spectacles musicaux intitulés "Le mystère Georges Bizet" et "Le carnaval des animaux"
[4] Schmitt a également réalisé la traduction en français de Don Giovanni.

Mes articles sur Éric-Emmanuel Schmitt
-- Éric-Emmanuel Schmitt Entre réel et imaginaire -- Le bruit qui pense  --  Un homme trop facile -- Les 2 messieurs de Bruxelles  -- L'élixir d'amour -- 
--  Le cycle de l'invisible-- Biographie -- Georges & Georges -- Ma vie avec Mozart --

 
<< • Ch. Broussas • Schmitt/MozartFeyzin ° © CJB  ° • 19 novembre 2015 >>