1- Présentation :
    Introduction - Sources biographiques [1]- Le Programme - La bibliothèque  [2]

2- Bernard Clavel, qui êtes-vous ? Adeline Rivard  --cf Clavel & ses thèmes
21- Portraits croisés : Danielle Pampuzac, Ragon, Vuillermet, Roy [3]

22- SA réalité :
     - Jeunesse et adolescence
« Enfant, il vit dans une maison sans livres et sans électricité »
« J’ai retrouvé le parfum de mon enfance et la couleur des contes qui ont donné naissance à mes plus beaux rêves ».
(Légendes des lacs et des rivières)


  - "Les petits bonheurs" : ses parents (sa mère conteuse-née, son père rempli de souvenirs), Charles Mour/Henri Gueldry, PEV, Vincendon…  Benjamin Rabier et ses Contes du lapin vert à la base de ses Contes pour la jeunesse.
 
(Au bonheur de l'eau [4])

   - Ses années d’humanité 1938-1964 : Lons, Dole, la guerre, le Rhône - (La grande patience)
« J’ai passé l’essentiel de mon temps à poursuivre des chimères. C’est je crois, ce qui a rendu la vie si difficile à mes proches. » L’ouvrier de la nuit

23- De la réalité à la fiction : transposition -
        L’Espagnol et l’Hercule (Pablo Sanchez/Jacinto Perrez – Kid Léon/Ted Robert)
        Le tambour du bief (Antoine-Tonin/Poublanc)

24- Sa géographie personnelle : errance et stabilité 
        Points d’appui : Vernaison/Lyon 1945-64, Paris/Chelles/Brunoy,
        Château-Chalon 1970-75, Québec (1978-89), Capian (92-97), [5] Suisse/Jura
        Ses terres de mémoire  [6]

        Sa fascination pour l’eau : Doubs, Rhône, Léman, Harricana
        À Lyon, il est alors « certain que dès ce jour-là, le Rhône est entré en moi. »
                  (Le Rhône ou les métamorphoses d’un Dieu)

3- Un homme en colère, Maryse Vuillermet
« Il faut  aussi l'orgueil. Un immense orgueil. » Le Seigneur du fleuve

31- Des personnages forts et orgueilleux – De Gilbert à Mathias, d’Hortense à la Guinguette
Orgueil à colère :« il admire les forts, puissants, et déteste l'injustice et la guerre. » C'est cette « faille personnelle (qui) nourrit son œuvre. » M Vuillermet

32- Une colère de dépassement
     Se confronter aux autres (Brassac, Quantin, Gilbert/Marthe), à la nature (Le royaume du Nord), à soi-même (L’ouvrier de la nuit, Le seigneur du fleuve)

     Être confronté à la guerre (Les colonnes du ciel) à la nature (Le Rhône) [7] ==> l’utiliser en la respectant (L’or de la terre,  son souci de l'écologie)
33- Une colère à canaliser (Philibert Merlin)
      ==> dimension sociale : cf Préfaces : Ils ont semé nos libertés. Cent ans de droits syndicaux (Ragon) et Le talon de fer (London) [transition]  

4- Un homme engagé
41- Introduction : Paroles de paix

« Lorsqu’on n’a pas un tempérament de bête soumise, comment ne pas s’engager ? »

42- L’homme partagé : des mythes de  jeunesse à la non-violence (morale et légale)
      Non-violence : « seule utilisable sans enfreindre aucune loi morale »
                              « La non-violence, cette seule espérance » Écrit sur la neige

43- L’homme révolté

« J’estime, dit-il, que je n’ai pas le droit de cesser de me battre pour que la justice et la paix s’imposent. »

* Confronté aux injustices : La maison des autres, JC Rolland
                JM Deveaux (père Boyer), Buffet-Bontemps (peine de mort)
                      
* Confronté à la violence : La grande patience (la guerre, la torture), Malataverne,
   marée noire/barrages

 44- Ses rencontres
« Ma vie est plantée de jalons en forme de clefs »

 * La non-violence : R. Rolland/Gandhi (JM Muller), Louis Lecoin/père Boyer (objecteurs) ==> « Si le mot "lumière" me vient à propos de Lecoin, c’est ce petit homme chétif à demi aveugle qui irradiait littéralement. » (Écrit sur la neige)
  * Trois moments forts : Hans Balzer Weimar 65/Carcassonne 42-43
                                       Terre des hommes (Edmond Kaiser), Claude Mossé   [8]

45- De la réalité à la fiction : Les préfaces (Gandhi, Mourir à Dacca…)   [9]
Le massacre des innocents, Le silence des armes, Lettre à un képi blanc
« Le massacre des innocents, dénonciation et terrible témoignage d'un homme en colère contre l'apathie d'un monde qui laisse massacrer des enfants sans vraiment s'en émouvoir. » Ragon

5- Parcours et évolution
« Pourquoi écrivez-vous » : « Écrit-on jamais pour autre chose que pour aller au fond de soi ? » (Rivard, page 123)

51- Sa relation à l’écriture : Écrire et réécrire - Le roman par le romancier :
   
« L’écrivain sera toujours confronté à l’évolution de son époque. »

« Il y a un minimum de clarté qui est une forme de politesse. » (R. M du Gard)
«
La clarté est la politesse de l’homme de lettres. »  (Jules Renard)

==> néo naturalisme " style Clavel " (Michel Ragon)
==> exemples [10]

52- Ambivalence L’homme en colère/L’homme engagé : synthèse (Le soleil des morts)
« J’ai passé l’essentiel de mon temps à poursuivre des chimères. C’est je crois, ce qui a rendu la vie si difficile à mes proches. » L’ouvrier de la nuit

La colère assumée (fin des biographies),
              canalisée (cf Malataverne) dans ses engagements

53- Les évolutions marquantes
« Vous voyez, une fois de plus, je n’ai rien inventé et j’ai tout inventé. »

     Sa vie : les aléas du prix Goncourt
     Les fruits de l’hiver : « le déchirement de leurs dernières années. »

     Josette Pratte et le Québec – Après le Québec-Santé (1989-92)

      Son œuvre : 3 phases d’évolution :
       -  Autobiographie et autofiction
       -  Autoportraits en creux : les joutes (Tonin, Paul Marquand),
           les nautes (Merlin, Novalis, Mathias)

       -  Le temps des sagas : roman historique, fiction documentaire
       -  Le poids de l’histoire : recentrage entre Jura et Rhône, l’obsession de la guerre
                    (Soleil des morts, Retraite aux flambeaux, Grands malheurs)
                  (Guinguette, Cavalier du Baïkal, Brutus, Table du roi)… Roses de Verdun)

6- les dernières années
« Les œuvres d’un homme retracent souvent l’histoire de ses nostalgies ou de ses tentations, presque jamais sa propre histoire. » BC

61- "Les grands malheurs", La peur & la honte  --  Courmangoux, dernières interviews --
62- Vers Frontenay : Mac Orlan, "Le chien du brigadier"
63- L’homme qui marchait dans sa tête --  L’homme de Frontenay --

7- Références bibliographiques

* Site Bernard Clavel  I : Catégorie I Les romans
* Site Bernard Clavel II :
Catégorie II Autres œuvres
* Extraits de quelques œuvres :
[11]
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[1] Sources bibliographiques

*  Directes : Les petits bonheurs, MC de Conninck, Rivard, Chavardès, La grande patience
Essais : Michel Ragon, Maryse Vuillermet, Terres de mémoire, Noël Boichat

[2] La bibliothèque

La bibliothèque de Courmangoux fait écho à ce qu’il écrivait déjà en 1977 : « Il est indispensable que les bibliothèques scolaires soient bien garnies et que se multiplient les bibliothèques de quartier et les bibliothèques pour tous. C’est là que se fait la véritable découverte de la lecture ».
("Écrit sur la neige", page 192, éditions Stock)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[3] Portraits croisés : Danielle Pampuzac /Ragon /Vuillermet/Jules Roy (Chapitre 2)

« Des yeux clairs dans les gris-bleu, couleur de ces fleuves qu’il connaît bien, pull-over dans les mêmes tons. L’homme, sa « tendresse un peu bourrue », naturel  tel qu’il est toujours dans la vie, d’une fidélité à toute épreuve, parle de façon posée et volubile. « Il pourrait sortir d’un de ses romans ». […] Comme tout créateur, rêveur, pas toujours présent, en ''colloque singulier'' avec ses personnages, mais en même temps attentif et toujours disponible pour « les engagements qu’il juge essentiels ». Danielle Pampuzac

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
« C’est un sportif. Il aime lutter, tester ses limites… Vers ses 18 ans, Clavel fit le championnat de France junior des poids et haltères puis pratiqua la boxe et le judo (cf Kid Léon + préface à "Les Cerdan") et plus tard, les sports nautiques. »(cf Pirates du Rhône)        [Michel Ragon p. 20]

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
« Sur les berges du Rhône, l’un des sentiers passe par la rue du Port Perret Clavel a habité en 1945, marchant comme lui de son grand pas de montagnard. […] C’est là qu’il s’est installé avec sa jeune femme Andrée, menant la vie des mariniers, des pêcheurs et des jouteurs, « un univers d’eau qui l’avait séduit. Il a toujours eu des passions dévorantes, c’est comme ça qu’il fonctionne, par grandes brasées de passion, par vagues d’amour. »  Maryse Vuillermet 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
« Il sait cuire son pain, il noue des amitiés avec le vent et les étoiles, mais c’est le commerce des humbles qui l’inspire, de ceux qui fabriquent l’histoire et la vie plutôt que de ceux qui la commandent. »  Jules Roy 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[4] << Au bonheur de l’eau >>

Popi et l’eau du jardin
Popi, jeune handicapé, vient parfois aider son père au jardin et se désaltère à la pompe au fond du jardin, alors que normalement, c’est interdit. Ses parents ont sermonné le jeune Bernard : « Si tu bois cette eau, tu deviendras tordu comme Popi. » Peine perdue, il finit par goûter à l’eau défendue mais pris de peur, il avoue tout à sa mère, étonnée de sa réaction. Mais, s’apercevant qu’on lui a menti, il apostrophe sa mère… mais il n’en recevra pas moins la correction de rigueur.

La morale est sauve.

Partie de pêche avec l’oncle Paul
En vacances à Dole chez son oncle Paul, ils vont pêcher dans la Loue vers Ornans et son oncle l’avertit : « Ne te fie pas au beau temps, il va se gâter et la rivière va monter noyant la petite île ; donc pas question d’y aller. » Bien sûr, sitôt que l’oncle a le dos tourné, Bernard file pêcher sur l’île et bien sûr le temps se gâte rapidement. Saisi d’angoisse, il a juste le temps de se réfugier sur un peuplier. Connaissant l’animal, l’oncle revint en barque et finit par le récupérer : « Tu vois, lance mon oncle, ce que tu fais faire avec ta désobéissance. » Penaud, il lui dit : « Tu le diras pas à ma tante que j’ai désobéi… on ne me laisserait plus venir en vacances chez toi... » sachant très bien le plaisir que prenait l’oncle de passer des vacances avec son neveu.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[5] << L’installation à Capian (Contes & légendes du bordelais) >>

« Je suis né dans un pays de vignoble. Mon père cultivait un ou deux journaux de vigne sur les coteaux du Jura. Puis j’ai vécu en Bourgogne, au cœur du vignoble vaudois et dans la vallée du Rhône. Il aura pourtant fallu que je vienne habiter le Bordelais pour découvrir la grandeur et la fabuleuse puissance de la civilisation du vin. C’est ma femme Josette Pratte, québécoise bon teint, qui a trouvé une maison dans l’Entre-deux-Mers et m’a, en quelque sorte, forcé à m’y installer :

 - Je ne suis pas un homme de l’Ouest !

 - L’ouest de quoi ? Tu es ici à l’est du Québec. Pas à l’ouest.

 Mollement, j’ai ergoté : « Mais un peu trop au sud. »

 - Exactement à la même latitude que Montréal où tu as tant rêvé de te fixer.

 … Tout le monde le sait : les femmes ont toujours le dernier mot ! »
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 [6]  <<< Terres de mémoire & "géographie personnelle" >>>

La mémoire nue : Bernard Clavel
- Il voudrait « tout voir… d’un continent à l’autre,  faire de "merveilleuses surprises" au hasard d’un voyage. »  ==> « Ma patrie, c’est mon enfance. » (Francis carco)
Il cite Baudelaire : « les plus riches cités, les plus grands paysages / Jamais ne contenaient l’attrait mystérieux / De ceux que le hasard fait aux nuages. »

Clavel de nulle part : Georges Renoy

« On a toujours plus ou moins la nostalgie de quelque chose et les odeurs de jadis nous suivent parfois tout au long de notre vie ». Clavel

« C’est un homme qui a besoin d’espace. » André Richardot, son ex instit
« Homme de transit comme Bisontin qui, la paix retrouvée, part pour le Nouveau Monde ».
Clavel « a les pieds dans sa terre natale, son cœur parmi les hommes et la tête partout où les vastes étendues froides dessinent le paysage. » (Renoy) -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[7] Vernaison - l’ouvrier de la nuit, préface, Cité par Michel Ragon  p 37

« Je revois Vernaison, les rives du Rhône encore sauvages, la véranda où j’écrivais dans une cabane que je m’étais construite pour me protéger du froid.[…] Mon ami Vachon m’avait toujours fourni gratuitement le bois que je sculptait, les panneaux que je barbouillais, les cadres pour mes toiles. L’amitié a toujours joué un très grand rôle dans ma vie. » 

« J’ai vécu 15 ans sur les rives du Rhône, partageant l’existence des pirates, des mariniers, des sauveteurs. Avec eux, j’ai appris à aimer le fleuve et c’est lui qui m’a, le premier, donner envie de raconter des histoires.  »
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 [8]  <<< Rencontre avec Edmond Kayser et Terre des hommes >>>

Bernard Clavel, Lausanne : « un certain dimanche de janvier a creusé sa place dans ma mémoire »…Il faut sans cesse « lutter contre l’indifférence, contre l’insensibilité car c’est de cela que meurent les enfants. »

« Bien avant de te connaître (Edmond Kayser)je savais que notre existence est faite de découvertes, qu’elle est conditionnée par des rencontres. » ... non des maîtres à penser mais des maîtres à vivre… (BC)

Massongex la maison de l’espoir… Amadou le fils adoptif d’Edmond kaiser,  privé de ses mains et qui, plein d’espoir, attend ses prothèses… écrit "Le massacre des innocents" ( les droits à Terre des hommes)

 [8]  <<< Rencontre avec Claude Mossé >>>

Son fils Yves qui le met au courant de l’appel de Claude Mossé à la radio suisse, ravages de la guerre de Bangladesh et de ses terribles conséquences, en particulier pour les enfants.

Clavel lui téléphone et Mossé lui répond « si vous voulez aider les bengalis, venez tout de suite à Lausanne, nous partons pour Calcutta... » et l’embarque pour un  voyage imprévu pour lequel Clavel n’avait même pas de visa. La visite des camps de réfugiés sera pour lui un calvaire mais, après son retour, il ne trouvera guère que Cesbron pour l’aider…

==> peu de temps après, il écrit "Le silence des armes (1974) -- préface "Mourir pour Dacca" (extrait Michel Ragon, p. 26-27)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[9]  <<< Gandhi l'insurgé, JM Muller, préface BC >>>

Chaque fois que je me retrouve devant les images atroces de ces enfants mutilés, estropiés, aveugles, victimes de ce qu'on appelle des mines antipersonnelles, je me retourne vers Gandhi pour lui demander : « Qu'auriez-vous dit ? Qu'auriez-vous fait ? »


On avait pourtant bien des exemples de l'absurdité et de l'ignominie des guerres. J'en veux pour seule illustration le procès intenté par
Krupp, le célèbre marchand de canons allemand, à la firme anglaise Vickers qui, en pleine boucherie de 14-18, avait copié un modèle de grenade.
C'est aussi pourquoi
le père Maurice Lelong nous dit dans sa fameuse Célébration de l'art militaire que « l'entre-deux-guerres fut de la chiennerie. »

D'où l'action de JM Muller, directeur des études à l'Institut de recherche sur la résolution non-violente des conflits etfondateur du Mouvement pour une Alternative non-violente pour dire comme Gandhi : « La violence est un suicide. »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[10]  Le romancier et son style : quelques exemples (Chapitre 5)

« J’écris pour communiquer mes émotions à mes semblables ou en provoquer le renouvellement. […] Ne deviendra romancier que celui  qui est né romancier, c’est-à-dire celui qui porte en lui le désir profond de l’animer. »
« L’art est fait d’impulsions mises en forme. […] C’est ce que l’individu porte au plus secret de son être
. » Écrit sur la neige

 - « L’eau me fascine. Plus l’obscurité s’avance, plus elle ressemble à un énorme reptile dont les écailles de feu miroitent encore entre les branches. » 

 - Il voudrait retrouver « les crépuscules d’hiver, le silence qui accompagne cette fuite de la lumière, il imprégnait les âmes, et ce qui pénètre ainsi une âme d’enfant peut à jamais colorer l’existence d’un homme. »

- Montréal au Québec, devant un Courbet représentant le Puits noir, quand « le chant assourdi de la Loue monte des profondeurs sombres vers la lueur vibrante des reflets » emportant avec lui « l’odeur si particulière des eaux qui viennent lécher les roches où vibre le ciel comtois. »
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[11] Extraits de quelques œuvres
* La maison des autres - L'hercule sur la place -- L'Espagnol -- Le seigneur du fleuve --
* Le silence des armes -- Le massacre des innocents -- Lettre à un képi blanc --
* Hommage à Louis Lecoin -- Défense de JM Deveaux -- Préface Mourir à Dacca --
* Vie et langage : son écriture -- Célébration du bois -- Lettre au maire de Gambais --

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

<<<< Christian Broussas – BC Schéma - Carnon, 13 mars 2015 - << © • cjb • © >>>>