Site Univers littéraire

01 février 2018

La villanelle Mon bel ami

Les vents, chantait Brassens dans La Supplique, « verseront les échos de villanelle un jour, un jour de fandango... » C’est ainsi que j’ai découvert ce mot et sa définition : "Poème de forme fixe (qui nous intéresse ici) et chanson ou danse qu'elle accompagnait."

Cette forme poétique fut surtout utilisée au XVIe siècle par Honoré d’Urfé, Jean Passerat ou Du Bellay, pour exprimer des rêveries amoureuses. Certains vers étant répétés en guise de refrain, la villanelle apparaît comme la forme ancienne de la chanson.

Elle est basée sur des tercets en nombre impair et un quatrain final. À travers une métrique en heptasyllabes, elle est écrite sur deux rimes avec rimes féminines dominantes pour apporter plus de fluidité au poème. La rime masculine se situe au deuxième vers de chaque tercet et du quatrain final.

Le premier et le troisième vers du premier tercet sont repris chacun à tour de rôle à la fin des autres tercets puis ensemble à la fin du quatrain final. Ce dernier se compose d’un vers féminin et d’un vers masculin suivis des premier et troisième vers du premier tercet. L’ensemble donne la combinaison suivante : a1 b a2 + a b a1 + a b a2 + a b a1 a2.
L’archétype de la villanelle est La Tourterelle envolée, de Passerat.

        

                                                    Mon bel ami

                                        Que la vie est donc cruelle,
                                       Scellant ainsi nos destins,
                                      Qui m’a pris l’ami fidèle.

                                   Avec ses pauvres mortels,
                                 Lorsque tout espoir est vain,       
                               Que la vie est donc cruelle.

                               Oh oui, c’est bien le ciel, 
                                Par un sinistre matin,
                                 Qui m’a pris l’ami fidèle.

                                  Où es-tu parti mon bel
                                   Ami. Oh, que de chagrin,
                                   Que la vie est donc cruelle,
                                    Qui m’a pris l’ami fidèle.

Mes fiches sur la poésie :
* Le rondeau, Un moment d'exception -- La ballade, Ballade exotique--
* Virelai, Que l'amour ne me blâme -- Lai lyrique Sur l'amitié -- L'ode Ciel et terre --
* Piquante épigramme -- Le sonnet Pouvoir des yeux --

* La villanelle, Mon bel ami --

Voir aussi
* Formes fixes et Versification --

                    
                                Villanelle et musique : partition de Paul Dukas

      << Christian Broussas - Villenelle - 30/01/2018 • © cjb ©  >>

Posté par Frachet à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


30 janvier 2018

Le sonnet Pouvoir des yeux

                    

Quand on évoque le sonnet, on ne pense pas forcément à de célèbres poèmes comme Le dormeur du val d'Arthur Rimbaud, Mon rêve familier de Paul Verlaine ou À  une passante des Fleurs du mal de Baudelaire, qui respectent la forme classique du sonnet telle qu'elle a été définie à l'époque médiévale.

Le grand initiateur du sonnet est Pétrarque qui en composa 317 pour honorer la belle Laure. En France, c'est Clément Marot qui lance le sonnet vers 1540 puis Du Belley avec le recueil L'olive en 1550 et Les regrets (Heureux qui comme Ulysse...) en 1558 et Ronsard avec Sonnets pour Hélène en 1578 (Quand vous serez bien vieille). Après une période de déclin, ce sont les romantiques avec Gautier et Nerval qui le remettent au goût du jour puis les symbolistes.

Le sonnet classique comprend quatorze vers, à l’origine du décasyllabe et de l’alexandrin. Ces vers sont répartis en trois strophes, deux quatrains suivis d’un sizain, qu’on sépare souvent en deux tercets réunis de toute façon en un sizain pour constituer un système de rimes clos

Ce système est codifié ainsi : deux quatrains aux rimes embrassées, le sizain avec un distique ( 2 vers en rimes simples), en rimes croisées ou simples, donc selon la combinaison abba abba ccdede ou abba abba ccdeed.

                           
                    Joachim du Belley          Pétrarque et Laure              François Villon

                                                   Pouvoir des yeux

                                 Est-ce bien ce qu’on nomme coup de foudre
                                Qui me prit soudain quand je vis ses yeux,
                               L’impression flash d’être déjà deux,
                              Qui fuse comme une traînée de poudre.

                             Ces regards qui se croisent et s’entrecroisent
                             Dans un petit chassé croisé furtif,
                            Qui se détournent d’un mouvement vif   
                            Se parent d'une apparence courtoise.

                           Simplement, comme ça, de toi à moi
                           Ce fut dans tout mon être un grand émoi,
                           L’expression d’une seconde infinie,
          
                            Des images gravées dans la mémoire,
                             Inscrites à jamais dans notre histoire
                             Quand un jour banal, bascula ma vie.

Mes fiches sur la poésie :
* Le rondeau, Un moment d'exception -- La ballade, Ballade exotique--
* Virelai, Que l'amour ne me blâme -- Lai lyrique Sur l'amitié -- L'ode Ciel et terre --
* Piquante épigramme -- Le sonnet Pouvoir des yeux --

   
Voir aussi Le sonnet dans tous ses états --

      << Christian Broussas - Sonnet - 30/01/2018 • © cjb ©  >>

 

Posté par Frachet à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 janvier 2018

La ballade, Ballade exotique

Le mot Ballade désigne, au sens classique, un poème médiéval à forme fixe composé de trois couplets et d'un quatrain ou demi-strophe (appelée envoi), chacun des couplets se terminant par un vers refrain, reliquat de la forme chantée des origines. Les strophes ont le plus souvent huit ou dix vers développant des thèmes fort variés. On en trouve Les exemples les plus importants se trouvent chez Guillaume de Machaut et Eustache Deschamps (fin XIVe siècle), Christine de Pisan et François Villon (début et milieu du XVe siècle) puis au XVIe  Clément Marot mais la Pléiade va plutôt privilégier l’ode et le sonnet.

          
Guillaume de Machaut, le grand précurseur            Brassens chante Villon

Au Moyen Âge, la ballade associe un texte à forme fixe et une musique spécifique. Par exemple, Guillaume de Machaut (1300-1377) dont il existe une partition musicale pour 42 ballades sur les quelque 235 qu’il a écrites. Elle évoluera vers des formes diversifiées au contenu romantique puis vers la chanson au rythme lent et mélodieux.

La structure de la ballade classique est basée sur trois huitains suivie par deux vers dont le dernier reprend le premier vers de la ballade. Elle est complétée par un refrain nommé envoi qui se présente sous forme d’un quatrain.
Soit au total 34 vers.

Les rimes sont de type ab ab ba ba ca et ac ac pour l’envoi, soit trois rimes différentes, avec un vers qui revient à la fin de chacune des quatre strophes. Autrement dit, les rimes soit, pour chaque huitain, deux rimes croisées, une simple, l’autre inversée.

        
  François Villon                              Iconographie médiévale

                                                       Ballade exotique

                                          Oh oui, j’ai pas mal bourlingué 
                                          Sur les continents, en Afrique,
                                          Égaré dans le Ténéré
                                          Et même jusqu’en Amérique
                                          Là où il y a plein de fric,
                                          Où je suis très vite passé,
                                          Béat devant des sites uniques
                                          Que par-dessus tout j’ai aimés.
                                          Tout au long de ma pauvre vie 
                                          Oh oui, j’ai pas mal bourlingué !

                                          Oh, que j’ai pu en côtoyer
                                          Des gens plus ou moins sympathiques,  
                                          Des jeunes, des vieux, des paumés,
                                          Des rigolos vraiment uniques,
                                          Et même des types très chiques
                                          Qui vous offrent leur amitié
                                          Sans jamais un brin de critique.
                                          Et j’allais hiver comme été
                                          Tout seul ou avec des amis
                                          Oh oui, j’ai pas mal bourlingué !

                                          J’en ai traversé des contrées,
                                          Sillonnant le golfe persique 
                                          Dans tous les pays pétroliers
                                          Jusqu’au désert arabique,
                                          J’ai vu des filles magnifiques
                                          Au corps si joliment sculpté, 
                                          Dans des pays asiatiques
                                          Aux douces lumières diaprées
                                          Qui ont un goût de paradis.
                                          Oh oui, j’ai pas mal bourlingué !

                                        Du Belley, après l’Italie
                                          Revint dans son petit Liré
                                          Sans éprouver de nostalgie...
                                          Oh oui, j’ai pas mal bourlingué !

Mes fiches sur la poésie :
* Le rondeau, Un moment d'exception -- La ballade, Ballade exotique--
* Virelai, Que l'amour ne me blâme -- Lai lyrique Sur l'amitié -- L'ode Ciel et terre --
* Piquante épigramme --

<< Christian Broussas - Ballade - 27/01/2018 • © cjb ©  >>

 

Posté par Frachet à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2018

L’Ode lyrique Ciel et terre

            
                                                      Odes de Ronsard et de Pindare

On appelle souvent un poème en strophes d'inspiration lyrique une ode. Elle peut être à tonalité lyrique chez Anacréon [1] et à tonalité héroïque chez Pindare. [2]

Nom venu du grec, au sens étymologique, chant ou poème lyrique accompagné à la lyre par l'aède ou  le chantre, ce type de poème a été repris à La Renaissance par les membres de La Pléiade, en particulier Ronsard. Ce genre proche des stances possédait une forme fixe dans sa forme classique

L'Ode abordait des sujets solennels et sacrés, car elle mettait en scène des dieux et des héros. Elle pouvait posséder une forme fixe lorsqu'elle était composée d'une strophe, d'une anti-strophe et d'une épode (espèce de conclusion), série qui se renouvelait plusieurs fois. On distinguait, selon les thèmes abordés, l'Ode héroïque, à la louange des Grands (au style oratoire, volontiers mythologique), l'Ode légère, chantant l'amour, les plaisirs de la vie, l'Ode religieuse, l'Ode descriptive ou exprimant des sentiments personnels.

Exemple de Ronsard :

                            

                                                                 Ciel et terre

                                                       Écoutez le ciel gronder,
                                                      Les éléments se déchaîner
                                                     Soudain et zébrer l’horizon,
                                                    En embrasant le pauvre monde  
                                                    Dans une formidable ronde
                                                    Qui n’annonce rien de bon.

                                                   Sans raisons, le ciel s’éclaircit,
                                                   Les nuages noirs sont partis.
                                                   Les passereaux sont revenus
                                                   S’ébrouer au pâle soleil,
                                                   En pépiant dès leur éveil,
                                                   Se percher sur les branches nues.

                                                   Ainsi oscillent nos humeurs
                                                   Soumises aux aléas du cœur,
                                                    Passant souvent du rose au noir
                                                     Soufflant le mauvais et le bon
                                                      Pour mieux nous servir de leçon,
                                                       Mêlant alors peines et espoirs.

Notes et références
[1] Anacréon, Sur ma lyre : « Je veux chanter les Atrides, je veux aussi chanter Cadmus ; mais les cordes de ma lyre ne résonnent que pour l'amour. Je les ai d'abord changées, puis j'ai fait choix d'une autre lyre, et je célébrai les luttes d'Hercule ; mais ma lyre me répondait par un chant d'amour. Adieu donc, héros ! Adieu pour jamais ! Ma lyre ne peut chanter que les amours. »
[2] Pindare, citation :« Qui veut triompher d'un obstacle doit s'armer de la force du lion et de la prudence du serpent. »

Mes fiches sur la poésie :
* Le rondeau, Un moment d'exception -- Piquante épigramme --
* Virelai, Que l'amour ne me blâme -- Lai lyrique Sur l'amitié -- L'ode Ciel et terre --

<< Christian Broussas - Ode - 26/01/2018 • © cjb ©  >>

Posté par Frachet à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 janvier 2018

Le lai lyrique Sur l’amitié

Le lai est un poème à forme fixe apparu au XIIe siècle qui au Moyen Âge était employé au sens de « chant, » un récit chanté ou "mélodie", décliné en lai narratif, l’ancêtre du fabliau, et le lai lyrique, celui qui nous intéresse ici.

     Tristan et Iseut

Le lai lyrique connut son apogée au XIVe siècle avec par exemple le Lai de la dame du Fael ou les lais de Marie de France. Dans sa forme classique, comme dans l’exemple ci-dessous, il est basé sur le nombre HUIT, composé de deux HUITAINS (la strophe) divisés eux-mêmes le plus souvent en deux quatrains (les stances)  avec des vers octosyllabiques.

Il peut aussi se présenter avec un refrain. Pratiqué par les troubadours, il connaît un grand engouement avec des poètes comme Eustache Deschamps, Jean Froissard et surtout Guillaume de Machaut qui lui donne ses règles fixes. Chaque quatrain est à rimes embrassées (le 1er vers rime avec le dernier dans un quatrain), de métrique en octosyllabes ou parfois formé de sept et quatre syllabes.
À partir du XVe siècle, le lai a peu à peu été confondu avec le virelai et n’est ensuite plus guère utilisé.

          

                                Sur l’amitié

                    Oh, quelle est donc cette amitié
                    Qui à ce point nous réunit
                    Depuis si longtemps, nous lie ainsi
                    Et tisse un lien si familier !

           Oh mon frère, mon tendre ami
           Qui me confie tes doux secrets,
            À qui onc je ne manquerais,
           Bénis le sort qui nous unit.

                  Quoi qu’on fasse ou qu’il nous arrive,
                  Jamais tu ne pourras douter
                  De ma grande fidélité,
                  D’une affection aussi vive.

          Entre nous, je te le redis,
          C’est comme une osmose qui règne,
          C’est vraiment tout comme Montaigne  
          Et son très cher La Boétie.

Mes fiches sur la poésie :
* Le rondeau, Un moment d'exception -- Piquante épigramme --
* Virelai, Que l'amour ne me blâme -- Lai lyrique Sur l'amitié --

<< Christian Broussas - Lai - 25/01/2018 • © cjb © >>
 

Posté par Frachet à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


24 janvier 2018

Le virelai Que l’amour ne me blâme

   

Le virelai est une poésie à forme fixe (respectant une structure donnée), constituée généralement de trois strophes à deux rimes. Dans l’ordonnance la plus répandue, l'un de ses vers revient à la fin de chaque strophe. La métrique du virelai varie en général de l’octosyllabe à l’alexandrin. (onze pieds ou hendécasyllabe dans l’exemple ci-dessous)

Le mot virelai vient des termes lai et virer, évoquant à la fois la danse et un refrain qui peut être repris en chœur. Le virelai apparut à la fin du XIIIe siècle et se développa aux XIVe et XVe siècles, avec par exemple Guillaume de Machaut, l’un des auteurs les plus connus qui écrivit quelque 39 virelais ou "chansons balladées".

      
Guillaume de Machaut                                                          Bernard de Ventadour

                   Que l’amour ne me blâme

Sans me laisser de répit, telle est la flamme
Qui me fouaille comme une vile lame.
Oh belle Érato, que sont mon sort et son cœur !

          Oui, vous l’avez bien compris, tel est mon drame
          Que de subir ainsi  ces tourments infâmes.
          Oh belle Érato, que sont mon sort et son cœur !

J’en appelle aux plus beaux vers de Francis Jammes
Pour, de cette belle dame, adoucir l’âme.
Oh belle Érato, que sont mon sort et son cœur !

Mes fiches sur la poésie :
* Le rondeau, Un moment d'exception -- Piquante épigramme --
* Virelai, Que l'amour ne me blâme -- Lai lyrique Sur l'amitié --

<< Christian Broussas - Virelai - 24/01/2018 • © cjb © >>

Posté par Frachet à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2018

Piquante épigramme

   
                                            Principales formes poétiques classiques

« L’épigramme, plus libre en son cours plus borné, n’est souvent qu’un bon mot de deux rimes orné. » Boileau

À partir du IVe siècle avant J.C., l’épigramme devint surtout une petite pièce de poésie contenant une pensée exprimée avec grâce et précision. À partir du XVIe siècle, elle se spécialisa dans le mot d’esprit, renfermant le plus souvent une pointe grivoise ou assassine.
On a dit qu’en France, l’épigramme politique a longtemps constitué "la revanche de l’esprit sur la force".

Parmi les auteurs célèbres d'épigrammes des XVIIe & XVIIIe siècles, on peut citer La Fontaine pour sa naïveté pleine de malice, Jean Racine et son irritable sensibilité, Voltaire pour ses flèches acérées, Piron, Rousseau
La célèbre épigramme suivante, due à Voltaire, attaque contre un obscur confrère nommé Jean Fréron, est aussi courte qu’assassine :

                         L’autre jour au fond d’un vallon,
                         Un serpent piqua Jean Fréron.
                         Que croyez-vous qu’il arriva ?
                         Ce fut le serpent qui creva.

          
Les précurseurs : Jehan Tabourot & Saint-Gelais

                          Piquante épigramme

            Oh épigrammes redoutables qui couraient
            De Fronde en vives mazarinades, de traits
            Acérés en autant de cinglants opuscules
            Bien ciblés, ourlés de perfides fascicules,
            Gardez-vous bien passants d’en devenir la cible,
            Que sans ménagement, on ne vous passe au crible.

            Beau florilège n’est-ce pas, belle brochette
            En vérité, quoique pourtant fort incomplète
            Que ces satires, ces manières d’ironie
            Qui dépeignent trop bien nos petites manies.
            Une épigramme bien troussée, une escarmouche
            Fort bien décochée, la litote qui fait mouche,
            Mettent à vif les épidermes les plus durs,
            Démasquent soudain les intentions les plus pures,
            Débusquent les susceptibilités enfouies,
            Fouaillent au fond du cœur la faille bien tapie,
             Alors, vils manants devenez plus vigilants

            Et tremblez dorénavant sur vos fondements !
      
            Te reconnais-tu à présent mon cher lecteur
            Dans les piques acides qui scellent ton sort,
            Dans le portrait un brin sarcastique que dressent
            Les modernes ménestrels sans grande tendresse,
            Ne joue pas l'innocent, ne cherche pas d’excuses
            Quels que soient tous les artifices dont tu uses, 
            Soit bon perdant et ne fais pas trop la grimace 
            Car à coup sûr c’est toi le dindon de la farce.


Une épigramme de Clément Marot

<< Christian Broussas - Epigramme - 23/01/2018 • © cjb © >>

 

Posté par Frachet à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2018

Pas sérieux mon cher Rimbaud

                 
          Rimbaud à 17 ans              Rimbaud à 37 ans

                 Oh non, on n’est pas vraiment sérieux
                 Même quand on devient plus vieux,
                 En tout cas, pas plus qu’à dix-sept ans  
                 Que l’on ait ou non toutes ses dents,
                 Eh oui, c’est ainsi  mon cher Rimbaud,
                 Toi qui jadis, dit-on, fus si beau,
                 Lorsque la nuit tu faisais la bringue,  
                 Que tu mettais tes plus belles fringues,
                 Qu’alors Verlaine jouait du flingue,
                 T’avais vraiment une vie de dingue !

                 Tout ça, diras-tu, n’est pas sérieux,
                 Malgré qu’on fasse ce que l’on peut,
                 Avec ces années, il faut biaiser
                 En essayant de se faufiler
                 Sur le boulevard du temps qui passe,
                 Anonyme, sans laisser de traces,
                 Hanter les chemins creux de l’Harar,
                 En goûtant les plaisirs les plus rares,  
                 Jouer encore un peu les fêtards
                 Tant qu’il n’est pas encore trop tard.

                 Toi qui as tricoté tant de poésies,
                 Qui est parti voyager jusqu’en Asie,
                 Étais-tu plus sérieux à dix-sept ans,  
                 À naviguer ainsi sur ton bateau ivre,
                 Toi qui étais "l’homme aux semelles de vent",
                 Curieux de tout, pris par la fureur de vivre,
                 Étais-tu plus sérieux à trente sept ans
                 Si loin alors de tes illusions d’antan,
                 Revenu de tes formidables errances
                 Que tu voyais comme une nouvelle chance
                
Quand tu sillonnais Aden ou l’Éthiopie
                 En poursuivant alors d’autres utopies.

                 Dans la « nuit de juin… on se laisse griser, »
                
Jour gris d’octobre, on se laisse bercer
                 Par les beaux « tilleuls verts de la promenade »
                 Où on va jouer avec des camarades.
                 La douceur n’est pas ton fort et tu préfères
                 Les délires d’une saison en enfer
                 Qui te poursuivent et te poursuivront encore
                 Toi qui es enfin parvenu à ton port.
                 Ô, écrivais-tu, innocence, innocence, 
                 Cette vertu perdue après la naissance…

                 Alors, même au-delà de tes déraisons,
                 Pourquoi être sérieux en toute saison
                 Quand ces superbes tilleuls verts de l’été
                 Ne seront plus jamais ce qu’ils ont été.

 

<< Christian Broussas - Rimbaud - 19/01/2018 • © cjb © >>

Posté par Frachet à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2018

Le rondeau Un moment d’exception

Les subtilités des formes poétiques classiques : Le rondeau
         

Le rondeau est un poème médiéval à forme fixe composé de  trois strophes isométriques (même structure, même longueur) construites sur deux rimes, souvent avec des répétitions et se fermant sur lui-même (en rond), à l'origine du nom. Sur le fond, lié à l'origine à la musique, le rondeau est souvent léger et badin. C'est une forme souple et enlevée basé sur l’octosyllabe (vers à 8 pieds) ou le décasyllabe (vers à 10 pieds) utilisant le tercet (strophe de 3 vers), le quatrain (strophe de 4 vers) ou le quintil (strophe de 5 vers). Apparu dès le XIIIe siècle et modifié aux XVe et XVIe siècles, il est ensuite délaissé par les poètes, même si on en trouve des traces jusqu’au XIXe siècle.

Vous suivez toujours ?

Le rondeau classique est "à quatrains" de 13 vers regroupés soit en en deux quatrains suivis d'un quintil, soit deux quintils qui entourent un tercet.
Le plus souvent, les rimes des différentes strophes sont soit des rimes embrassées, soit des rimes croisées, les deux dernières strophes reprenant  les termes du premier vers, agissant ainsi comme une espèce de refrain.

Avez-vous bien suivi ?
Comme je vous aime bien, je vous ai concocté un petit exemple de rondeau classique, intitulé
Un moment d’exception :

                                                          Elle sommeillait si lascivement  
                                                        Offerte ainsi à une douce brise,  
                                                       Sur le sofa, reposant très simplement,
                                                      Les yeux clos, la taille fort bien prise
                                                      Dans les dentelles de son vêtement.

                                                     J’osai un simple geste, doucement,
                                                     Intimidé par sa superbe mise,
                                                     Ravi par un minois aussi charmant.
                                                     Elle sommeillait… quel beau moment…

                                                     Faire du bruit n’eût pas été de mise.
                                                     Je détournais le regard prestement
                                                     Avant que ses attraits ne me grisent,
                                                      Caressant de mon regard avenant
                                                       Le velours de lèvres couleur cerise.  
                                                       Elle sommeillait… quel beau moment…

                                            
<< Christian Broussas - Rondeau - 4/01/2018 • © cjb © >>

Posté par Frachet à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 janvier 2018

Passent les mondes…

        Sur une phrase de leibniz...

        C’est un curieux contraste entre tout et rien,
        Un mystérieux mélange de va et vient,
        Des entre-mondes pris dans les interstices
        Écartelés entre réel et factice,
        Quand notre  monde nous renvoie un écho  
        À peine déformé de nos propres maux,
        Tout se brouille entre l’infiniment petit
        Et le sombre vertige de l’infini.Gottfried_Wilhelm_von_Leibniz

        Oh, malgré les bonnes paroles des apôtres,
        « Les mondes passent, en vérité, l'un après l'autre,
         Leur succession ne signifie peut-être rien.
 »

         Toutes les joies et les peines, ça va ça vient
         Il faut s’y faire, c’est ainsi que vont les choses,
         C’est selon, virant au noir et parfois au rose,
         Sans pour autant vraiment éclairer l’horizon
         Et desserrer les grilles de notre prison.

         Qu’est-ce que les sentiments si les mondes passent,
         Condamnés, arasés par le temps, que tout lasse,
         Qu’est donc cette réalité qui fuit le temps,
         S’effiloche en se délitant aux quatre vents,
         Qui n’est déjà plus à la seconde suivante
         Reléguée au loin par les ans, déjà absente,
         Même si alternent ici bas joies et peines
         Sans grand souci de ce qu’ensuite il advienne,
         Que le silence des cieux nient l’humanité,
         Même si nos vies ne sont rien que vanités,
         Même s’il ne reste rien de nos passions,
         Eux aussi ne sont qu’éphémères illusions.

         Qu’avons-nous d’autre qui puisse nous satisfaire,  
         Qu’en appeler au ciel par de belles prières,
         Égarés dans les arcanes de cette terre
         Si sereine qui nous est parfois étrangère ?
         Nous pouvons lancer aux chiens nos vanités comme
         Le hasard farceur joue aux dés avec les hommes,
         Comme s’il fallait jeter nos imprécations
         Inutiles au grand vent de nos déraisons,
         Le destin de l’homme et son âme vagabonde

         Ne se confond-il pas avec le sort du monde ?


<< Christian Broussas - Leibniz - 3/01/2018 • © cjb © >>

Posté par Frachet à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :